MORPHORESCENCES

La forme dans tous ses sens

"nourris en toi l'amour de la nature, c'est la meilleure manière d'apprendre tout ce qu'il faut savoir de l'essence de l'art"

Van gogh

ERNST HAECKELbiologiste allemand (1834-1919)"Formes artistiques de la nature"

 


"Le Beau est une manifestation de force secrète de la nature qui sans lui nous resteraient éternellement cachées"

Goethe



Comment ne pas s'Ă©merveiller de ces expressions protĂ©iformes qui s'accouplent Ă  chaque instant dans une Ă©conomie qui est celle de la vie, car celle-ci : "ne sĂ©pare pas sa gĂ©omĂ©trie de sa physique" selon ValĂ©ry. C'est cet Ă©merveillement qui est Ă  l'origine du travail de Ernst Haeckel qui a mĂ©ticuleusement dessinĂ© ces radiolaires, mĂ©duses et autres organismes qui nous stupĂ©fient par leurs extraordinaires structures. Bien qu'elles soient symĂ©trisĂ©es par l'esprit de celui qui a voulu en capturer l'essence, elle restent nĂ©anmoins fidèles Ă  la rĂ©alitĂ© et rĂ©vèlent ainsi une biodiversitĂ© biologique d'un point de vue aussi scientifique qu'artistique. 


Le titre de l'ouvrage est explicite, les formes de la nature œuvrent de telle sorte à la beauté et à la complexité de la vie que l'on en vient à les prendre pour art. La beauté est elle intrinsèque aux objets naturels ou bien est-ce un attribut existant seulement dans l'esprit de celui qui contemple? Et si ces formes et ces structures qui organisent le monde et nos perceptions se confondaient de telle sorte que l'on ne puisse savoir de laquelle est née l'autre ? Ce sont ces questions qui se posent dans cette branche de la philosophie qu'est l’esthétique.

Kant (critique de la facultĂ© de juger) disait que la beautĂ© de la nature est sans concept ; c'est-Ă -dire que le sens naĂ®t de la forme directement. En effet, les formes naturelles sont cause et effet d'elles-mĂŞmes. Par ailleurs, leurs lois sont accessibles au regard mais restent irrĂ©ductibles Ă  un mĂ©canisme. La science est qualifiĂ©e de mĂ©canique dans le sens oĂą l'homme comprend seulement ce dont il peut reproduire le fonctionnement. Or il nous est impossible de reproduire le mĂ©canisme interne de la vie. On peut le traduire en un langage, on peut le copier, le comprendre indirectement, mais sa vitalitĂ© intrinsèque nous rĂ©siste. On ne peut que le dĂ©crire sans vraiment l'expliquer. Kant pensait que c’était ce dĂ©faut d'objectivitĂ© physique des formes naturelles s'inversant en un supplĂ©ment subjectif qui Ă©tait Ă  l'origine du sentiment esthĂ©tique.  

Ainsi un sentiment esthétique naît d'une dialectique entre objet et sujet au seuil entre l'objectif et le subjectif. Une alliance subtile entre légalité cognitive et liberté imaginative.

 


Service gratuit et accessible Ă  tous

Je crée mon site web
Fabriquez votre site Internet avec