MORPHORESCENCES

La forme dans tous ses sens

Imaginez que vous puissiez changer le prisme de votre regard pour voir dans la matière les mouvements cellulaires. De la matière inerte à la vie organique, les réactions physico-chimiques à l’œuvre dans la peinture sont semblables à celles des formes de vie microscopiques.
Continuité de la nature ou vue de l’esprit ? 

Je travaille non pas envers la nature mais avec la nature en utilisant les réactions physico-chimiques de la matière et en me servant de la possibilité d'un ordre contingent pour faire naître une image entre nature et artifice, entre hasard et nécessité. Une collaboration équitable entre un "vouloir" artistique et un "pouvoir" naturel.

La série «morphogenèse» montre l’évolution d’une forme arborescente à la manière de la chronophotographie. On peut déduire la croissance de la forme à partir de plusieurs images fixes. Ses réseaux d’arborescences se révèlent exister au confluent de la nature et de la science : les fractales. Cela se produit lorsque tout un tas de facteurs incontrôlables rendent aléatoire un processus, ou lorsque la vie doit se déployer dans des limites spatiales. Cette géométrie universelle est de ces phénomènes chaotiques qui vont de l’ordre vers le désordre, sous un principe de diffusion auto-organisé. Je tente dans mon travail d’observer et de comprendre les forces complexes qui produisent l’harmonie du monde.

MORPHOGENÈSE 2015acrylique sur bois

MORPHOTYPES2017acrylique sur bois


« Nulle part ni jamais la forme n’est résultat acquis, parachèvement, conclusion. Il faut l’envisager comme une genèse un mouvement » Paul Klee théorie de l’art moderne. 
Je travail le processus d’emergence ininterrompu des formes en analogie avec les formes naturelles et scientifiques. Les infimes variations de la forme sont des témoignages de ses évolutions possibles. La peinture est fixé, a atteint un niveau d’équilibre mais elle possède en elle la germination d’une forme nouvelle, a venir. C’ est pourquoi je crée des séries de peintures qui se répondent. L’ ensemble de mes peintures manifeste ainsi cette  instabilité propre aux processus naturel. Mon point de vue est celui d’une naturaliste, une manière de voir comparative afin de saisir les différences de structures.  
« Nulle part ni jamais la forme n’est résultat acquis, parachèvement, conclusion. Il faut l’envisager comme une genèse un mouvement » Paul Klee théorie de l’art moderne. 
Je travail le processus d’emergence ininterrompu des formes en analogie avec les formes naturelles et scientifiques. Les infimes variations de la forme sont des témoignages de ses évolutions possibles. La peinture est fixé, a atteint un niveau d’équilibre mais elle possède en elle la germination d’une forme nouvelle, a venir. C’ est pourquoi je crée des séries de peintures qui se répondent. L’ ensemble de mes peintures manifeste ainsi cette  instabilité propre aux processus naturel. Mon point de vue est celui d’une naturaliste, une manière de voir comparative afin de saisir les différences de structures.  
« Nulle part ni jamais la forme n’est résultat acquis, parachèvement, conclusion. Il faut l’envisager comme une genèse un mouvement » Paul Klee théorie de l’art moderne. 
Je travail le processus d’emergence ininterrompu des formes en analogie avec les formes naturelles et scientifiques. Les infimes variations de la forme sont des témoignages de ses évolutions possibles. La peinture est fixé, a atteint un niveau d’équilibre mais elle possède en elle la germination d’une forme nouvelle, a venir. C’ est pourquoi je crée des séries de peintures qui se répondent. L’ ensemble de mes peintures manifeste ainsi cette  instabilité propre aux processus naturel. Mon point de vue est celui d’une naturaliste, une manière de voir comparative afin de saisir les différences de structures. 
« Nulle part ni jamais la forme n’est résultat acquis, parachèvement, conclusion. Il faut l’envisager comme une genèse un mouvement » Paul Klee théorie de l’art moderne. 
Je travail le processus d’emergence ininterrompu des formes en analogie avec les formes naturelles et scientifiques. Les infimes variations de la forme sont des témoignages de ses évolutions possibles. La peinture est fixé, a atteint un niveau d’équilibre mais elle possède en elle la germination d’une forme nouvelle, a venir. C’ est pourquoi je crée des séries de peintures qui se répondent. L’ ensemble de mes peintures manifeste ainsi cette  instabilité propre aux processus naturel. Mon point de vue est celui d’une naturaliste, une manière de voir comparative afin de saisir les différences de struct
« Nulle part ni jamais la forme n’est résultat acquis, parachèvement, conclusion. Il faut l’envisager comme une genèse un mouvement » Paul Klee théorie de l’art moderne. 
Je travail le processus d’emergence ininterrompu des formes en analogie avec les formes naturelles et scientifiques. Les infimes variations de la forme sont des témoignages de ses évolutions possibles. La peinture est fixé, a atteint un niveau d’équilibre mais elle possède en elle la germination d’une forme nouvelle, a venir. C’ est pourquoi je crée des séries de peintures qui se répondent. L’ ensemble de mes peintures manifeste ainsi cette  instabilité propre aux processus naturel. Mon point de vue est celui d’une naturaliste, une manière de voir comparative afin de saisir les différences de structures.  « Nulle part ni jamais la forme n’est résultat acquis, parachèvement, conclusion. Il faut l’envisager comme une genèse un mouvement » Paul Klee théorie de l’art moderne. 
Je travaille le processus d'émergence ininterrompu des formes en analogie avec les formes naturelles. Les multiples variations sont des témoignages des évolutions possibles. La peinture est fixée, a atteint un niveau d’équilibre mais elle possède en elle la germination d’une forme nouvelle, à venir. Mon point de vue est celui d’une naturaliste : une manière de voir comparative afin de saisir les différences de structures.
 
« Nulle part ni jamais la forme n’est résultat acquis, parachèvement, conclusion.
Il faut l’envisager comme une genèse, un mouvement »

Paul Klee (théorie de l’art moderne) 

EVOLUTION2017 acrylique sur papier 

Ce qui m’intéresse, entre autres, c’est la dialectique [raisonnement, logique d’échange] entre formes et fonction. Les structures externes sont interdépendantes des structures internes. La forme "dendritique" [arborescente] est une structure qui  se révèle efficace pour le déploiement de la vie. Tout comme une coquille qui par devoir de protection réduira par sa forme ovale sa surface de contact avec le monde extérieur, la forme dendritique aura quant à elle la fonction d’optimiser les surfaces d’échanges, de circulation, de communication avec l’extérieur. 

Outil gratuit et accessible à tous

Créer un site facilement
Créez votre site web professionnel avec